www.michelberetti.net
Biographie

Études de Philosophie et de Linguistique à l’Université de Genève.

Écrivain de théâtre : auteur de 135 pièces, adaptations, livrets d’opéra, textes de perfomrances ou de lectures-spectacle, représentés sur les scènes européennes et africaines (septembre 2019).

Théâtre lyrique :
Dramaturge de l’Opéra National de Paris de 1986 à 1995.
Dramaturgies : Oper Frankfurt, Hamburgische Staatsoper, National Theater Mannheim, Schwetzinger Festpiele.
Mises en scène : Oper Frankfurt, Ulmer Theater, Pfalztheater Kaiserslautern, Badisches Staatstheater Karlsruhe, Opéra-Comique (Paris).

Der Golem Opera Ulm
Der Golem, mise en scène M. Beretti, scénographie et costumes Eric Chevalier

Expérience d'enseignement :
Lecture comparative des textes théâtraux contemporains depuis Bernard-Marie Koltès dans les Ecoles professionnelles de théâtre et les classes pré-professionnelles des Conservatoires (Conservatoires de Genève et de Fribourg, Ecole Serge Martin, Genève, Ecole des Teintureries, Lausanne).
Conférences musicologiques : Opéras de Limoges, Reims, Paris, Conservatoire de Paris, Cité de la Musique.
Formation des enseignants à l’atelier d’écriture et à l'enseignement du théâtre en classe, ateliers d'écriture : académies de Versailles, Dijon, Besançon.
Dramaturgie de la voix à l'Université de Lausanne.

Sociétaire de la SACD-Suisse de 1976 à 1984, de la SACD de 1984 à 2000 et depuis 2010, entre-temps membre de la SSA (Société Suisse des Auteurs). Membre des Ecrivains Associés du Théâtre (EAT).

Participations à des comités de lecture : Prix Sony Labou Tansi des lycéens, Eurodram, SSA.

Bourses et résidences :
GRACE - Centre National des Etudes Spatiales (2018-2019)
La Chartreuse – Centre national des Ecritures du Spectacle (2006, 2008, 2010, 2011)
Association Beaumarchais (1993)
Zuger Kulturstiftung Landis & Gyr (2007-2008)
Fondation pour la Mémoire de la Shoah (2012-2013)
Pro Helvetia (plusieurs soutiens à l'écriture de pièces en Suisse)
« Par-dessus le mur, l’écriture » – Saute-frontières, 2004
Maisons-Mainou, Vandœuvres, 2000-2006




photo Sandro Campardo / Keystone

Biographie (septembre 2019)

Né à Ambazac, en France, philosophe et linguiste de formation (Université de Genève), écrivain de théâtre, Michel Beretti est l’auteur de pièces, adaptations, traductions, textes de performances et livrets d’opéra, représentés en Europe et en Afrique. Il vit au Mali.

Dernières créations théâtrales, en cours ou à venir :
Traversée, « voyage sonore », performance (production de l’Observatoire de l’Espace du Centre National des Etudes Spatiales, Paris, 2019), 4928 ou le Voyage en Suisse de Rosette W. (Neuchâtel, 2016, 2018), La Querelle de la Paix (Fribourg, 2016), Madame Tirailleur (Facteur Théâtre, Reims, 2016), 蒸発 (japonais : Mal de Lune, création prévue à Osaka, 2022), Animal !, mise en scène Elidan Arzoni (Compagnie Métamorphoses, Genève, création prévue en 2021), Les enfants du chaos, pour le metteur en scène Jean-Claude Berutti (mise en espace Première Approche, Conservatoire d’Avignon, 2019).

En Afrique de l’Ouest :
Trop de diables sous leurs jupes, en collaboration avec Nathalie Hounvo Yekpé (Cotonou, Institut français, 2015), En couple ! (Bamako, FITHEB, 2015 ; Institut français du Mali, 2017), Conversation sur le rivage du monde (Bamako, 2015, tournée en bambara, 2016), Les Marguerites ne poussent pas dans le désert, d’après le recueil de nouvelles de Birama Konaré (Bamako, 2016), Au Paradis, les femmes ne pètent pas (Bamako, 2018, 1er Prix des Journées théâtrales de Guimba national), Pêcheuses de Lune (Bamako, I.F. du Mali, 2019, tournée en Afrique de l’Ouest). Djon bé sini don ? (bambara : Qui connaît l’avenir ?), pour Alima Togola (Bamako, Complexe culturel BlonBa, I.F. du Mali, 2018-9, Francophonies en Limousin - Zébrures d’Automne, Limoges, 2019, tournée en préparation dans les Instituts français d’Afrique en mars-avril et juin 2020).

À venir :
Poisson braisé, sur l’amour entre femmes africaines (FITMO, Ouagadougou, 2019), Djon yé patronni yé ? (Qui est la patronne ?), traduction en bambara Tiéblé, mise en scène Alioune Ifra N’diaye (Bamako, BlonBa, 2019), Sœurs, pour Alima Togola et Korotoumou Sidibé (coproduction Noor-Mali / Terre Rouge-France, premières représentations prévues à l’Institut français du Mali début 2020, résidence de création au Théâtre de l’Arlequin, BlonBa-France - direction Jean-Louis Sagot-Duvauroux). Fagalî (bambara : « tuerie », « massacre ») sur les conflits au Mali (création prévue au Complexe culturel BlonBa, Bamako, 2020), en partenariat avec la radio-télévision Joliba.
En cours d’écriture :
Fille de Cham, pour Assitan Tangara et Honorine Diama (Cie Anw Jigi Art, Bamako, création prévue en 2020).

Informations sur les pièces, les chantiers en cours et l’actualité des spectacles sur www.michelberetti.net

Contact : michel.beretti@gmail.com

 
À lire également
La Légende Baoulé revient en Suisse (2019)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé revient à Genève les 28, 29, 31 octobre, et le 3 novembre à La Chaux-de-Fonds. 
 
Djon bé sini don ? bientôt en tournée en Afrique (2019)
Après une reprise début octobre 2019 aux Zébrures d'Automne - De l'écriture à la scène - Francophonies en Limousin, de Djon bé sini don ? ("Qui connaît l'avenir ?" en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, une tournée est en préparation dans les Instituts français d'Afrique pour mars et juin 2020.
 
Djon be sini don fin premiere partie
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.