www.michelberetti.net
Actualités    
Pêcheuses de Lune

Quatre femmes venues de quatre pays de l’Afrique de l’Ouest, quatre pays très différents car, contrairement au cliché, « l’Afrique » n’est pas une. Quatre migrantes clandestines. Loin du mirage du paradis européen agité devant les yeux des candidats au départ par des passeurs qui s’enrichissent du business de l’immigration clandestine, elles vivent une vie difficile dans une société brutale et indifférente.

Vivre en clandestines, cela veut dire rester invisible. Mais il n’est pas facile d’être invisible quand on est noire. En proie à chaque instant à la peur du contrôle de police qui révèlera leur situation de sans-papiers, soumises à l’exploitation d’employeurs sans scrupules, elles peinent à rassembler chaque mois la petite somme qu’elles envoient à leur famille à qui elles mentent pour ne pas avouer la vérité de leur pauvre vie. Elles vont jusqu’à envier ceux qui ont un permis de séjour et qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts avec leur petit salaire, additionnant loyer, taxes, cotisations sociales, assurances…

Aussi ces quatre femmes africaines ne fréquentent guère les Blancs. Pourtant, la nuit où se déroule Pêcheuses de Lune, c'est la fête dans un petit appartement de la banlieue parisienne. Les quatre femmes attendent un Blanc, le Blanc qui épousera Patience en lui donnant le titre de séjour convoité. En attendant le Blanc de Patience, les quatre femmes bavardent, se disputent, se réconcilient, rient, dansent et boivent beaucoup de l'alcool que Tantie Fatou réservait pour ses défunts. Alors que la nuit s'écoule, elles finissent par s'avouer leur nostalgie du pays, mais comment rentrer quand on est clandestine ? Comment affronter la honte du retour alors qu'elles ont "échoué" ? Elles découvrent qu'elles sont prises au piège. A cause de la musique qu'elles avaient mise à plein tube, elles n'ont pas entendu venir le Blanc de Patience. Le matin vient, avec le retour à la triste réalité quotidienne. L'une a décidé de rentrer et de faire face...

Pêcheuses de Lune est une commande de la Compagnie Côté-Court dirigée par Mama Koné. Création prévue à Bamako (Mali) en 2018.
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
Glaciation Genève 1984
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale, projet de spectacle théâtral pour un ensemble de jeunes participants – groupe théâtral d’un ou de plusieurs établissements scolaires, atelier de jeunes amateurs – incluant une part d’écriture collective encadrée par l’auteur-dramaturge ainsi que par les enseignants dans le cadre d’un établissement scolaire, le recours aux moyens technologiques d’aujourd’hui, "la scène augmentée", ainsi que ceux, habituels, du théâtre...
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Formation de jeunes metteures en scène (2018)
Formation à l'écriture théâtrale Bamako 2016
Du 20 mars au 1er avril 2018, Michel Beretti assurera la formation de sept jeunes metteures en scène dans le cadre de la deuxième édition du Festival "Arts-Femmes" à Bamako (Mali). Chacune des stagiaires apportera son propre projet qui trouvera là une possibilité de développement et d'accompagnement. Un texte choisi par le formateur en fonction de la sélection des candidates servira également d'objet de travail commun.