www.michelberetti.net
Actualités    
Au Paradis, les femmes ne pètent pas

Une femme, enlevée à son époux, a été mariée de force à un combattant d’une milice islamiste. Au Paradis, les femmes ne pètent pas pénètre dans l’intimité quotidienne de ce couple de hasard : elle, partagée entre la peur, la résignation et le désir de vengeance, lui entre sa brutale volonté de domination et sa frustration de ne pouvoir posséder une véritable épouse toujours fuyante.

La pièce est inspirée de faits réels qui se sont déroulés en Afrique. Des combattants de la secte Boko-Haram, qui avaient épousé de force des femmes enlevées à leurs familles, reçoivent l’ordre de les tuer avant de fuir : on leur a dit qu’ils retrouveraient leurs femmes « purifiées » au Paradis. La plupart obéissent ; certains refusent et s’enfuient avec leurs épouses.Une femme violée est coupable : pour Fanna, sa vie est finie. Elle ne se résigne pas et ne pense qu’à venger son mari qu’elle croit mort en tuant son meurtrier : celui qui se dit son époux. Echouant à mâter cette femme, Diala essaie de la mériter.

C’est une histoire qui aurait pu être une histoire d’amour dans d’autres circonstances. Elle est tissée de violence sourde et de sentiments en demi-teinte, sur une crête de fragile équilibre, toujours prêts à basculer d’un côté ou de l’autre : de la haine ou de la résignation née de l’habitude, peut-être – pourquoi pas ? – du côté d’une vague affection.
 
 
page 1 / 2 >> >> |
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.