www.michelberetti.net
Actualités    
Diffusion en cours de Karatabougou, Mali gnogôlon
Joliba FM Bamako 105.5

Le Mali est confronté à des crises superposées : sécuritaire, économique, politique… qui, lorsque les conflits qu’elles engendrent ne sont pas résolus, dégénèrent en conflits ethniques. Dans la mosaïque de communautés qui coexistent et s’entremêlent tout au long de l’Histoire et qui sont le Mali, ces crises pèsent lourdement sur l’avenir du pays.

En bambara, « karatabougou » signifie la case en paille. Un proverbe dit que la case en paille durera longtemps si personne n’en sort et si ceux qui l’habitent se respectent mutuellement.

Le spectacle théâtral Karatabougou veut rendre visibles pour tous les racines des conflits qui divisent le pays et aider chacun à prendre conscience de sa responsabilité, quelle que soit la région qu’il habite, au Nord, au Centre, au Sud ou dans la capitale.

Le Mali, où la vie dans la capitale Bamako masque la réalité, est un pays essentiellement agricole. L’histoire de Karatabougou se passe donc au village, paradigme de ce qui se passe partout dans le pays.

Les 10 comédiens de Karatabougou ont été choisis aussi pour la diversité des langues qu’ils parlent.Karatabougou est une pièce de théâtre jouée en bambara, en fulfulde, en dogon, en songhay, en tamasheq, en français et en arabe. Elle est un dialogue des langues  communément parlées au Mali dans un pays où on ne « s’entend » plus.

Le but est d’atteindre un public le plus large possible. A Bamako d’abord, en plus des lieux culturels (BlonBa où la version scénique de Karatabougou sera créée, l'Institut français…), grâce à des représentations théâtrales, gratuites, dans les 7 communes de la ville, puis en région dans les villes accessibles sans danger sécuritaire.

Pour les parties du territoire inaccessibles pour des raisons de sécurité et pour assurer au spectacle un impact durable, les radios pourront diffuser une version radiophonique, 7 épisodes de 10-15’ déjà enregistrés à Joliba FM 105.0, les chaînes de télévision pourront diffuser une captation vidéo du spectacle (Visual Productions, Mohamed Dayfour) par épisodes ou en entier ; ces diffusions pourront avoir lieu sur demande d’associations ou de mairies grâce à l’envoi de la version radio ou de la captation vidéo.

Dans la lignée du théâtre-forum, chaque diffusion radiophonique de Karatabougou sera alors suivie par un échange avec les auditeurs. Chaque représentation théâtrale ou chaque diffusion télévisuelle ou sur les réseaux sociaux sera suivie par une discussion générale avec le public, les associations de jeunes, de femmes, des organisations de la société civile.
 
Affiche de Joliba FM pour la diffusion de Karatabougou
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.