www.michelberetti.net
Actualités    
Au Paradis, les femmes ne pètent pas
nouvelle production

Après Nathalie Hounvo-Yekpé au Bénin, Theatri Kanu, Bamako (Mali) produit une nouvelle mise en scène de la pièce Au Paradis, les femmes ne pètent pas.
Jeanne Diama (Fanna) et Faly Niame Traoré (Diala) jouent en français, tandis qu'une version en bambara est en préparation avec Assitan Traoré (Fanna). La mise en scène est signée par l'auteur, assisté de Kadiatou Diarra et Mariam Sissoko.
Le 28 décembre, Theatri Kanu a remporté le Premier Prix des Journées théâtrales de Guimba national au Mali avec la version française magnifiquement interpétée par Jeanne Diama et Faly Niame Traoré.
Une traduction en langue songhaï est envisagée pour être jouée au Nord-Mali par Aïssata Boucary Maïga (traductrice et rôle de Fanna), avec un comédien encore à déterminer.

 
Au Paradis, les femmes ne pètent pas
 
 
 
 
 
 
page 1 / 2 >> >> |
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.