www.michelberetti.net
Œuvres    
L'Epidémie
d'après le roman de Claude Darbellay

Faisant irruption dans la salle du conseil d’administration, un commando a pendu par sa cravate le directeur général d’un laboratoire pharmaceutique suisse. Les meurtres qui se succèdent sont-ils liés au tableau du célèbre écrivain et peintre Friedrich Dürrenmatt, « Dernière séance du Conseil d’Administration de la Banque fédérale suisse » ? Ou répondent-ils à un dessein secret caché dans les vers du poète américain William Stafford (1914-1993) ?
La veuve du directeur paraît s’inquiéter de l’impact que ces meurtres peuvent avoir sur l’image de Medical Technology et dépêche un des collaborateurs de son défunt mari, un employé terne et timoré, à qui elle adjoint une de ses anciennes connaissances, philosophe spécialiste de Lao-Tseu.
Parcourant en tous sens les États-Unis, du New Hampshire où ils s’entretiennent avec un grand connaisseur de William Stafford et amateur de Jack Daniels, au New Jersey et à l’État du Maine, où se dévoile la misère affective de l’Amérique profonde, les deux enquêteurs improbables laissent derrière eux un sillage de cadavres, par maladresse ou justement parce que, contre toute attente, ils sont tombés juste. Leur enquête les mène jusque dans un pays africain où des autorités corrompues ferment les yeux sur des expérimentations aussi illégales que dangereuses. Mais quelle manne financière pour le laboratoire capable de vendre le vaccin qui assurera l’immunité planétaire contre un virus qui n’existe pas encore ! Quand ils reviennent en Suisse, magnanime, la veuve se permet même le luxe de les laisser en vie : qui les croira ? La pandémie pourra être déclenchée d’un jour à l’autre.
Conclusion (provisoire) : « l’amour chez les homards est plus tendre que chez les hommes ».
 
L'Epidémie_1
 
Adaptation à la scène de Michel Beretti d'après le roman de Claude Darbellay (Editions G d'Encre, 2007)
Jeu : Christine Brammeier, Monique Ditisheim, Mehdi Duman, Jacques Michel, Marianne Radja, Philippe Thonney
Eclairages : Georges Barthoulot
Scénographie : Emmanuel Paxon DuPasquier
Costumes : Coralya Wühl
Mise en scène : Jean-Philippe Hoffman
Graphisme : Sabrina Tschanz Gosteli
 
L'Epidémie 2
 
Théâtre Tumulte - CDN Centre Dürrenmatt Neuchâtel
Friedrich Dürrenmatt 100 Jahre
Avec l'appui de l'Association de soutien du CDN, de l'Office fédéral de la Culture, de la Ville et de l'Etat de Neuchâtel
 
L'Epidémie 3
 
 
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.