www.michelberetti.net
Œuvres    
Rue 369

Le spectacle Rue 369 a été créé après des entretiens avec ces jeunes filles âgées de 15 à 18 ans menées par Assitan Traoré sur la vie de chacune : comment elles voient leur avenir, leur travail d'aide ménagère, le regard que les autres jettent sur elles, "les bonnes", leur première impression de la grande ville : " - Bamako est sale ! Chez nous, au village, il n'y a pas d'électricité, pas d'étage aux maisons, pas de goudron, mais pas non plus de sacs plastique qui traînent par terre." (Dans la grande ville, les sachets en plastique, les ordures bouchent les fossés d'écoulement des eaux ou s'accumulent dans les rues.)
 
A partir de leurs paroles, une base de dialogues brefs a été rédigée par Michel Beretti à partir de leurs paroles, dialogue comique entre une bonne et sa patronne, affrontements verbaux, moqueries, pensées sur leur destin inéluctable de futures épouses soumises. Ces dialogues ont ensuite été réadaptés par Alima Togola en bambara, ces jeunes filles parlant peu ou pas du tout le français, leur permettant ainsi la réappropriation de leurs paroles.
 
Fatoumata Diarra, Salimata Konaté, Rokia Traoré, Malado Traoré... dansent et jouent avec une belle énergie, verve et drôlerie. Rien d'étonnant à ce que leur prestation ait suscité une ovation du public dans la Rue 369.
 
chorégraphie : Daouda Kéita et Adiara Traoré
entretiens : Assitan Traoré
textes et mise en scène : Michel Beretti et Alima Togola
à l'initiative de Lamine Diarra, créateur des "Praticables (Fabrique citoyenne d'un nouveau théâtre d'art populaire", Bamako, novembre-décembre 2018.
 
"A travers une œuvre, qui combine théâtre et danse, quatre filles, travaillant comme aide-ménagères à Bamako-Coura, racontent leur quotidien et le calvaire qu’elles vivent depuis toutes petites.
Sur la rue 369 de Bamako-Coura, environ 300 habitants - vieux, femmes et enfants - assis sur des chaises en plastique, d’autres à même le sol. Ils sont là pour suivre des artistes confirmés, mais également des jeunes et des vieux du quartier ayant participé à des projets de créations artistiques. Pour l’ouverture officielle de l’événement, le mardi 27 novembre, c’était aux aide-ménagères, péjorativement surnommées "Bonnes" ou "52", qui ouvrent le bal.  Elles dansent, jouent tout en se racontant et en racontant leur histoire, donnant à voir un regard ironique, décalé et drôle sur Bamako, sur leurs patronnes et sur leur vie. "C’est un honneur et un privilège pour nous d’avoir participé à ce projet. Nous nous sentons considérées. On a eu le goût d’être des êtres humains comme les autres", déclare Malado Traoré, l’une des actrices. Tout comme ses camarades Fatoumata Diarra, Rokia Traoré et Salimata Konaté, Malado est venue à Bamako pour se faire un peu d’argent avant de rentrer au village se marier. "Nous ne sommes rien. Nous travaillons ici pour nos patronnes et après notre retour au village, nous allons travailler pour nos maris et faire des enfants. Durant toute notre existence, nous ne faisons que travailler, travailler" (extrait de leur scène). Comme pour témoigner du triste sort qui leur est réservé durant leur existence."
(Sory Konaté, 30 Minutes, 28 novembre 2018)
 
 
 
À lire également
La Légende Baoulé revient en Suisse (2019)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé revient à Genève les 28, 29, 31 octobre, et le 3 novembre à La Chaux-de-Fonds. 
 
Djon bé sini don ? bientôt en tournée en Afrique (2019)
Après une reprise début octobre 2019 aux Zébrures d'Automne - De l'écriture à la scène - Francophonies en Limousin, de Djon bé sini don ? ("Qui connaît l'avenir ?" en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, une tournée est en préparation dans les Instituts français d'Afrique pour mars et juin 2020.
 
Djon be sini don fin premiere partie
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.