www.michelberetti.net
Œuvres    
1814 La Cuisine de l'Histoire

En 2013, je croyais en avoir fini avec l’Histoire suisse (et avec la Suisse tout court), mais la proposition d’un spectacle sur l’entrée de la République de Genève dans la Confédération helvétique m’a retenu par la difficulté de représenter cet événement sur le théâtre : il est assez rare de constater qu’un épisode de l’Histoire se déroule sans effusion de sang pour que cela vaille la peine de s’y intéresser. Contre les vieux aristocrates genevois arc-boutés sur le passé d’avant la Révolution qui veulent conserver l’indépendance, sous la pression du Congrès de Vienne qui renâcle à l’idée d’une République isolée prête à retomber sous l’influence française et devant le peu d’enthousiasme de la Confédération à accueillir ce nouveau canton sans frontières naturelles, Pictet de Rochemont négocie laborieusement avec Talleyrand et les représentants retors du Royaume de Piémont-Sardaigne des échanges de territoires dont le détail est franchement comique, même si ces échanges se firent parfois contre la volonté des habitants des communes… Le rattachement de Genève à la Suisse fut donc un mariage de raison, et ce sont ces épisodes peu glorieux mais fort sensés qu’il a fallu porter à la scène. La cuisine de l’Histoire était une drôle de tambouille mais pour une fois elle n’avait pas un goût de sang.
 
1814 ou la Cuisine de l'Histoire (Genève, 2014)
 
mise en scène, décors et costumes : Nicolas Musin
textes : Michel Beretti
adaptation et direction d’acteurs : Philippe Lüscher
création lumières : Jean-Marc Skatchko
direction musicale : Thierry Debons
coordinateur général : Joël Flaks
cheffe costumière : Trina Lobo
direction technique : Jan Molnar et Jean-Marc Skatchko
ingénieurs du son : Jean Keraudren et Benoit Saillet
initiateur du projet : Michel Desponds

avec :
l’Enfant : Louis Musin / Timur Unver
le Messager : Laurent Sandoz
le Journaliste : Lionel Brady
Pictet de Rochemont : Jean-Jacques Chep
Ferdinand von Bubna und Littiz : François Karlen
Anne Eynard : Marie Ruchat
Caroline Bontems : Noémie Cosendai
Ami Lullin : Marco Polli
Joseph Des Arts : Christian Robert-Charrue
Saladin de Budé : Jean Desterre
Jean-Gabriel Eynard : Guillaume Cloché
le Chef cuisinier : Thierry Debons
un Pasteur : Frédéric Chautems
l’Ame du Lac (plongeuse) : Deborah Kuttemann
Marthe : Anne von Burg / Valérie Bonferoni
Napoléon : Etienne Castro
trois voyous : Frédéric Chautems, Gianmosé Petazzi, Cécile Taroli
cuisiniers et serveurs : John Schlegel, Gianmosé Petazzi, Etienne Castro, Pierre-Félix Delay, Anne von Burg, Valérie Bonferroni, Claire Bour, Dominique Calloni, Alexandra di Resta, Svetlana Gojun, Anne-Laure Rochat, Cécile Taroli, Eleonore Turchetti, Gisèle Zanone, Yves Jaques, Deborah Kuttemann, Frédéric Chautems
une Demoiselle : Fernanda Diniz
12 Demoiselles, 22 Cantons : 13 danseurs et 9 comédiens-nnes amateurs

personnages filmés
Talleyrand : Philippe Lüscher
San Marsano : Gianmose Pettazzi
Pictet de Rochemont : Jean-Jacques Chep
Jean-Gabriel Eynard : Guillaume Cloché
Anna Eynard : Marie Ruchat
un négociateur : Etienne Castro

avec la collaboration du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre de Genève, du Conservatoire de Musique de Genève, du Cercle Choral de Genève et de la Fanfare de Vernier.
production : Association 1814 - GE 200
 
1814 ou la Cuisine de l'Histoire (Genève, 2014)
1814 ou la Cuisine de l'Histoire (Genève, 2014)
1814 ou la Cuisine de l'Histoire (Genève, 2014)
 
À lire également
La Légende Baoulé revient en Suisse (2019)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé revient à Genève les 28, 29, 31 octobre, et le 3 novembre à La Chaux-de-Fonds. 
 
Djon bé sini don ? bientôt en tournée en Afrique (2019)
Après une reprise début octobre 2019 aux Zébrures d'Automne - De l'écriture à la scène - Francophonies en Limousin, de Djon bé sini don ? ("Qui connaît l'avenir ?" en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, une tournée est en préparation dans les Instituts français d'Afrique pour mars et juin 2020.
 
Djon be sini don fin premiere partie
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.