www.michelberetti.net
Œuvres    
La Légende Baoulé
spectacle d'ombres chinoises pour enfants à partir de 5 ans

les interprètes de la Légende Baoulé sous l'arbre à palabres
La Légende Baoulé est connue dans toute l’Afrique de l’Ouest, bien au-delà des frontières de la Côte d’Ivoire. Transmise oralement par les conteurs, elle a évolué au cours des âges, se ramifiant en nombreuses versions. Les écrivains coloniaux l’ont recueillie dès 1900, contribuant ainsi à la figer par écrit et à en faire un mythe national quasi officiel. Après la décolonisation, des écrivains africains s’en sont emparés à leur tour, la transformant et l’éloignant encore des anciennes versions orales.

Si la Légende Baoulé apparaît à beaucoup comme un conte, elle est aussi le récit fondateur d’un peuple. Selon la Légende, les Baoulés venus du Ghana vers l’actuelle Côte d’Ivoire ont été guidés par Abla Pokou, la nièce du roi des Ashantis. A la suite d’une guerre de succession dans le royaume de son oncle, Abla Pokou doit fuir avec une faction du peuple qui lui est restée fidèle. L'un des temps forts de la Légende est ce long exode, alors que cette faction des Asabu est talonnée par des ennemis qui veulent son extinction.
 
ombre chinoise : l'exode du peuple Baoulé
 
Le moment le plus dramatique survient avec le passage de la Comoé en crue. Le devin annonce que la colère de l'Esprit des eaux ne s’apaisera que lorsqu’on lui aura sacrifié ce que le peuple a de plus précieux. Mais il ne s’agit pas des animaux que les fugitifs ont emmenés avec eux, ni même des bijoux d’ivoire et d’or : ce que le peuple a de plus précieux, ce sont ses enfants. Comme personne ne se décide, Abla Pokou jette son propre fils dans les flots, d’énormes hippopotames forment un pont sur lequel passe le peuple. Le pont d'hippopotames se disloque ensuite, laissant sur l’autre rive les ennemis impuissants. Abla Pokou passe la dernière, et quand elle rejoint les siens prosternés, elle dit seulement « bâ wouli » : « l’enfant est mort », fondant l'identité de ce nouveau peuple sur le sacrifice d'un enfant.

Ce sacrifice est pour le moins dérangeant. Faut-il accepter de sacrifier un individu, plusieurs individus, une partie de la communauté pour sauver tous les autres ? Moralement, ce dilemme est insoluble. Et puis n’y a-t-il pas comme cela assez d’enfants sacrifiés, privant les peuples d’une part de leur avenir ? Raconter la Légende Baoulé telle quelle paraissait inacceptable. Aussi un niveau a-t-il été ajouté dans le texte :
 
Le Lion, la Hyène et l'Eléphant se disputent à propos de la Légende Baoulé
 
Trois animaux familiers des contes africains, le Lion, l’Eléphant et la Hyène, s’étonnent qu'on puisse tuer pour rien, même pas pour se nourrir, comme le font les hommes. L'Eléphant qui, comme chacun sait, a de la mémoire, se souvient d'une légende qu'il a entendue autrefois : il y était question d'une reine qui sacrifiait son fils unique. Incrédulité des deux autres... Tous les trois se disputent vivement à propos de sa fin. Le Lion prétend que l’enfant s’est sacrifié volontairement, la Hyène que sa mère l’a flanqué à l’eau sans autre forme de procès, l’Eléphant qu’il a refusé de se sacrifier. Pourtant le peuple baoulé a été sauvé, rétorque le Lion. Les trois animaux fâchés se séparent sur ce désaccord. Que s’est-il donc passé ? Et si la solution était venue de l’enfant d'Homme lui-même, du petit Kouakou ?

avec :
Fidèle Baha (Le Lion)
Hyacinthe Brika Zougbo (L'Eléphant)
Anne Compagnon (la Hyène)

mise en scène : Christelle Nicod
collaboration artistique : Fatna Djahra
musique : Sylvain Fournier
création lumière : Jean-Philippe Monteiro
communication : Nathalie Berthod


Coproduction des Compagnies Deux fois rien (Suisse) et Pataclowns (Bénin).
 
 
La Légende Baoulé - représentation dans un village de Côte d'Ivoire

La Légende Baoulé a été créée le 11 octobre 2017 à la Ferme de Marignac (Grand-Lancy, Genève).
105 représentations en Suisse, en France, en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo devant 10 000 enfants.

photographies : Nathalie Berthod
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
"En couple" dans les Lycées de Sikasso (Mali) (2021)
"En couple" Lycees de Sikasso 2021

Créée en 2015 à Cotonou, au Bénin, En couple continue son chemin dans les Lycées de Sikasso, au Mali, où des lycéens ont choisi d'en jouer des extraits, et à l'Institut national des Arts de Bamako où la pièce a été prise comme travail de diplôme. Jean-Marie Ambroise Traoré et Honorine Diama qui l'ont déjà souvent jouée envisagent de la reprendre dans la mise en scène d'Hypolitte Kanga.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.