www.michelberetti.net
Œuvres    
Popyno Massamba rentre chez lui

avec : Popyno Massamba (dans le rôle de Popyno Massamba)
mise en scène : Gérard Tolohin

Popyno Massamba rentre chez lui a été créé le 1er avril 2017 au Centre culturel Atropocodji, dirigé par Dominique Zinkpé (Abomey-Calavi, Bénin), devant un public nombreux. Il faut dire que Popyno Massamba, qui jouait ici son propre rôle, mis en scène par Gérard Tolohin, n'était pas n'importe qui : comédien, chanteur, marionnettiste, conteur connu des enfants de plusieurs pays africains sous le surnom de Tonton Mass... Le spectacle, dont le texte a été écrit pour lui, a été repris au "Fil bleu" à Lomé, puis, toujours à Lomé, au Centre Mytro Nunya et au Goethe Institut, puis à la Villa Karo de Grand-Popo (Bénin), avant Cotonou et Parakou.
 
Popyno Massamba rentre chez lui - création 1er avril 2017
 
Parce qu’il ne se souvient plus bien si, un soir qu’il jouait La Parenthèse de sang de Sony Labou Tansi, un petit oiseau s’est perché un instant sur son doigt tendu, un vieux comédien africain entreprend un long et dangereux voyage pour rentrer chez lui. Là-bas, sans doute trouvera-t-il des témoins de cette soirée qui lui diront s’il a imaginé cette scène ou si elle s’est réellement passée. Alors il pourra se laisser glisser vers le repos.

Au cours de son périple dans son pays bouleversé par les guerres civiles successives, il chemine en compagnie des morts qui marchent éternellement, il rencontre le fantôme de la jeune femme qu'il aima jadis et ne retrouve plus le chemin de sa maison.
Un enfant-soldat trop tôt vieilli lui ordonne sous la menace d’une arme de lui raconter des histoires, puis lui demande de prendre son arme et de le tuer quand il sera endormi. L’enfant-soldat s’endort ; Popyno Massamba prend son arme…
 
Popyno Massamba rentre chez lui - le public à la création - avril 2017
 
Popyno Massamba en répétition
 
Popyno Massamba Nadimba Nzuzi, dit Tonton Mass, est mort le 21 décembre au Bénin. Il avait beaucoup conté, aimé beaucoup de femmes et ravi beaucoup d'enfants, beaucoup joué sur les planches et de la trompette aussi, beaucoup chanté en s'accompagnant de sa guitare. J'ai eu le plaisir et l'honneur de lui donner ce monologue écrit pour lui. Ceux qui l'ont connu et veulent avoir une pensée pour lui peuvent le lire en le téléchargeant ici (format PDF).
 
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.