www.michelberetti.net
Œuvres    
La Querelle de la Paix
Der Streit um der Frieden

texte / Text : Michel Beretti
décor / Bühnenbild : Marc Monteleone
costumes / Kostüme : Thierry Dafflon
assistante costumes : Vanessa Ramires
mise en scène / Regie : Yann Pugin
éclairages, régie et régie générale : Simon Lambelet

avec : Jérémy Bielmann, Loris Brancato, Richard Chaubert Carol, Anthony Collaps, Anita Coutard, Guillaume Deferrard, Guilhem Gauthier, Simon Gurtner, Yann Hermenjat, Melissa Intero Ramires, Amélie Kaehr, Dimitri Känel, Martino Lepori, Myriam Maugère, Frederik Meyer, Sarah Moeschler, Elise Monteront, Rita Moreno da Silva, Sarah Nemmar, Rafael Pires, Caroline Pittet, Margot Plaschy, Amon Proenca, Aurélie Rayroud, Jonathan Romanens, Nicolas Roussi, César Singy, Rémy Suter, Marine Waeber, Leslie Weber, Antilia Wyss, Fabien Zillweger

commande de l’Etat et de la Ville de Fribourg pour le 500e anniversaire de la Paix perpétuelle de 1516.
création à l’Aula Magna de l’Université de Fribourg le 29 novembre 2016.

L’auberge « A la paix perpétuelle » dont l’enseigne peinte représente un cimetière. « Qu’est-ce qu’on n’a pas encore dit sur la Paix ? » demande Machiavel à Erasme qui lui rétorque en retour : « Qu’est-ce qu’on n’a pas encore fait pour la Paix ? » Tandis qu’Erasme et Machiavel sont engagés dans les figures compliquées d’une lutte à la culotte traditionnelle suisse, le quatuor bouffon des Philosophes Voltaire-Diderot-Rousseau-Kant (ce dernier auteur, comme chacun sait, de Zum ewigen Frieden) rivalise dans l’élaboration de projets de paix universelle tous plus fumeux les uns que les autres. Les Lumières vacillent au crépuscule...
L’Histoire s’accélère : Napoléon mange une omelette debout devant la cheminée de l'auberge, les philosophes actionnent les marionnettes d’Adolf Hitler et de Joseph Staline. Grete, la servante de l’auberge, déploie ses ailes d’ange, l’Angelus Novus qui bat furieusement des ailes dans le grand vent qui l’emporte, son visage halluciné tourné vers l’arrière. Dans les ruines d’Alep, Henri Dunant, son oeuvre réduite à néant, éructe : « Sale race humaine! » et prophétise un avenir sanglant. Les mercenaires suisses de Marignan 1515 manoeuvrent dans l’atelier du peintre : « trop de cadavres, monsieur Hodler ». Ulrich Zwingli le Réformateur s’époumone en vain contre le mercenariat : rien n’y fait, les plénipotentiaires suisses et français négocient âprement la paix perpétuelle de Fribourg, la seule qui ait tenu le coup 500 ans ! 1516-2016 !
 
La Querelle de la Paix - intermède à la Feydeau
Journaliste : Der Zug mit dem französischen Präsidenten fährt in den Banhof ein !
La « Paix perpétuelle » signée à Fribourg en 1516 est une conséquence directe de la défaite des Suisses à Marignan, qui sonne la fin du mythe de l’invincibilité des Suisses. Certains voient dans ce traité de paix la date de naissance de la neutralité, que d’autres situent beaucoup plus tard, alors que la Suisse se constitue en Etat-nation au 19e siècle. En fait, la neutralité suisse, avant de devenir un évangile politique, s’est construite progressivement par nécessité, ne serait-ce que parce que les troupes des cantons étaient engagées dans des camps adverses.
Ce traité de paix est d’abord fondé sur la reconnaissance mutuelle d’intérêts d’Etat : pour le Royaume de France, l’emploi des meilleurs soldats de l’Europe ; pour les Suisses, des soldes pour les mercenaires, un débouché pour une population excédentaire et pauvre, des sommes importantes versées aux Cantons pour lesquels des marchés économiques préférentiels sont ouverts en France.
Ce traité de paix, si peu pacifique, pourquoi en célébrer le 500e anniversaire ? Ne serait-ce que parce que cette Paix perpétuelle l’est réellement : on a pu dire que la Paix de Fribourg a été « la seule paix perpétuelle de l’Histoire qui ait mérité son nom… » Quand tant d’autres traités ont été déchirés presque aussitôt signés, celui-ci n’a jamais été dénoncé, malgré les vicissitudes de l’Histoire qui a inextricablement lié les destins des deux pays. En se penchant sur cette Paix perpétuelle jamais dénoncée depuis 1516, on découvre à quel point les échanges entre les deux pays ont été constants et les histoires des deux pays imbriquées. La Révolution a idéalisé la Suisse, dont le modèle fédéraliste est une création napoléonienne. Depuis le 16e siècle, militaires, financiers, intellectuels, artistes passent la frontière dans les deux sens : un Picard donne son appellation de « Cité de Calvin » à Genève, tandis que Jean-Jacques Rousseau, le « citoyen de Genève », passe ses dernières années en Picardie ; la célèbre tour de Paris devrait s’appeler Tour Koechlin plutôt qu’Eiffel… Il n’est pas banal que dans un pays largement germanophone, 200 000 Suisses vivent en France pour un nombre à peu près équivalent de Français vivant en Suisse, alors que 80 000 Suisses seulement sont installés en Allemagne…
Il faut enfin souligner le rôle éminent qu’eut à plusieurs reprises Fribourg, médiateur avant et après la bataille de Marignan, devenu à deux reprises capitale diplomatique et partenaire privilégié de la France, qui la préfère à Berne davantage lié aux Habsbourg. Il n’est pas excessif de parler pour Fribourg d’une véritable symbiose avec la France.
 
La Querelle de la Paix tableau 1

Mais cet anniversaire est aussi l’occasion de s’interroger sur notre temps où des guerres qui ne correspondent plus aux catégories conventionnelles de la guerre et de la paix, frappent majoritairement les civils, comme Henri Dunant l’avait prophétisé. Par millions, les réfugiés fuient la guerre par centaines de milliers, leur exil s’ajoutant à celui des réfugiés économiques et des migrants clandestins ; ces guerres totales ne respectent plus les Conventions de Genève.
En revisitant l’événement historique de 1516, c’est notre présent que La Querelle de la Paix interroge. C’est de ce monde en bouleversement dont parle le spectacle.

Le couple franco-suisse, le voilà représenté par celui de l’écrivain français Beaumarchais et de Marie-Thérèse Willermaulaz, son épouse gruérienne. Tout commence par une belle scène de ménage comme on n’en voit que chez les mariés d’un demi-millénaire (Prologue).

Le titre La Querelle de la Paix vient d’Erasme, dont la Querela pacis undique gentium ejectae profligataeque date justement de 1516. Dans le spectacle, la querelle entre Erasme et Machiavel dure depuis cinq cents ans. Erasme est un apôtre de la paix ; Machiavel, dont Le Prince est achevé au moment de la bataille de Marignan, est partisan du réalisme en politique. Pour les départager, un homme rentre d’Utopie : Thomas More… (Tableau 1)

Des soldats suisses battent en retraite dans l’atelier du peintre Ferdinand Hodler qui peint la bataille de Marignan. Egaré entre les époques, le réformateur Zwingli, autrefois aumônier à Marignan, prêche l’horreur de la guerre et tempête vainement contre le mercenariat. Heinrich Angst, directeur du Musée national suisse, offusqué par le sang qui coule et le fond de culotte troué d’un soldat, exige que le peintre représente des Suisses vaincus, mais pas trop quand même. (Tableau 2)

D’âpres discussions réunissent les plénipotentiaires français et suisses autour de la négociation de la Paix de Fribourg : marchandage serré du montant des soldes et des pensions versées aux cantons, dividendes des actionnaires des régiments étrangers et rémunération de leurs propriétaires, ouverture des marchés français aux commerçants suisses, prix détaxé du sel importé de France, montant précis des achats de fromages par la Marine royale, attribution définitive aux Suisses du Nord du Milanais, etc. (Tableau 3)

Intermède à la Feydeau : 1910. Avec le président Fallières, accompagné par un cortège de journalistes et de cocottes venues tout exprès de Paris, c’est la première visite officielle d’un chef d’Etat français en Suisse. Hélas ! après la liste intégrale du plantureux menu du Bernerhof, le président Fallières doit écourter sa visite endeuillée par un grave accident de chemin de fer en France. Journalistes et cocottes se consoleront ensemble. (Tableau 4)

A l’auberge « A la Paix perpétuelle », juste en face d’un cimetière, tandis que se poursuit la querelle entre Erasme et Machiavel engagés dans une impitoyable lutte à la culotte, les Philosophes des Lumières, Voltaire, Diderot, Rousseau et Kant élaborent des plans de paix universelle tous plus saugrenus les uns que les autres. Napoléon mange une omelette à Morat et modèle la Suisse en un quart d’heure. Les marionnettes d’Adolf Hitler et de Joseph Staline sortent d’un cercueil, tandis qu’Henri Dunant tente d’éveiller la conscience du monde et de la débarrasser du cauchemar de l’Histoire. (Tableau 5)

De jeunes Européens s’interrogent sur notre époque sans guerre ni paix. Doivent-ils rester des spectateurs absolus ou peuvent-ils faire quelque chose pour la paix ? se demandent-ils. Trouveront-ils la réponse ? Surviennent de jeunes réfugiés : qu’ont-ils en commun ? Sauront-ils dépasser leur peur ? Comment apprendront-ils, chaque jour de leur vie, à ne pas franchir les sentiers de l’inhumanité ? (Tableau 6)

1515 setzt die Schlacht von Marignano dem Mythos der unbezwingbaren Schweizer ein Ende.1516 sichert der Frieden von Freiburg den Kantonen komfortable Einkommen und dem König von Frankreich die besten Soldaten Europas. Weshalb den 500. Jahrestag dieses Friedens, der so wenig friedlich ist, feiern? Schon nur, weil dieser ewige Frieden seinem Namen vollkommen gerecht wird. Während andere Verträge zerrissen wurden, kaum waren sie unterschrieben worden, wurde dieser trotz der Wechselfälle der Geschichte, welche die Schicksale der beiden Länder unentwirrbar verbunden hat, nie gekündigt.
 
L'ange de la Querelle de la Paix
L'Ange : Ténèbres. Ténèbres. Je ne voulais pas leur parler des ténèbres...
Aber dieser Jahrestag bildet auch die Gelegenheit, sich Fragen über unsere Zeit zu stellen, in der die Kriege nicht mehr den konventionellen Kategorien von Krieg und Frieden entsprechen und hauptsächlich zivile Opfer fordern, wie das Henri Dunant vorhergesagt hat. Millionenweise fliehen die Leute den Krieg, ihre Zahl kommt zu denjenigen der Wirtschaftsflüchtlinge und der heimlichen Migranten dazu ; in diesen totalen Kriegen wird die Genfer Konvention nicht mehr beachtet. In Der Streit um den Frieden dauert der Kampf zwischen Erasmus und Macchiavelli seit 500 Jahren. Die Schweizer Soldaten von Marignano treten im Atelier des Malers Ferdinand Hodler, der zum Skandal wird, den Rückzug an. Die Bedingungen des Friedens von Freiburg werden hart verhandelt; sogar die genaue Zahl der Käse, die von der königlichen französischen Marine gekauft werden, wird festgelegt. Präsident Fallières, der in der Schweiz auf Besuch ist, wird von einem Zug von Journalisten und Kokotten begleitet, Napoleon isst eine Omelette in Murten und modelliert die Schweiz, die Philosophen der Aufklärung bauen immer albernere Projekte für den Ewigen Frieden, die Marionetten von Adolf Hitler und Joseph Stalin tauchen aus dem Albtraum der Geschichte auf... Junge Europäer treffen junge Flüchtlinge : was haben sie gemeinsam ? Können Sie ihre Angst überwinden ? Wie lernen Sie, jeden Tag in ihrem Leben auf dem Weg der Menschlichkeit zu bleiben ?
 
La Querelle de la Paix Les jeunes
Chaka : Ewige Frieden ?
Guillaume : Paix perpétuelle.
Fanna (lit le texte de la plaque commémorative) : "Si nous avons peur, comment pourrons-nous vivre en paix?"
Rachid : Vous avez peur ?
Sara : Non.
 
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2017)
Glaciation Genève 1984
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2017)
Hunting the Blue Whale, projet de spectacle théâtral pour un ensemble de jeunes participants – groupe théâtral d’un ou de plusieurs établissements scolaires, atelier de jeunes amateurs – incluant une part d’écriture collective encadrée par l’auteur-dramaturge ainsi que par les enseignants dans le cadre d’un établissement scolaire, le recours aux moyens technologiques d’aujourd’hui, "la scène augmentée", ainsi que ceux, habituels, du théâtre...
 
 
L'Eté en automne (nouvelle édition 2017) (2017)
Du 23 au 28 novembre 2017, Michel Beretti participera à "L’Eté en automne" organisé à présent tous les ans dans le Grand Est par Didier Lelong et son Facteur Théâtre.