www.michelberetti.net
Œuvres    
Les marguerites ne poussent pas dans le désert
d'après le recueil de nouvelles de Birama Konaré

avec :
Maïmouna Diarra (Hawa)
Mariam Sissoko (Maïmouna)
Alima Togola (Fatou)
Mama Koné (Marguerite)
Birama Konaré (le Dr Konaré)

adaptation : Michel Beretti
mise en scène : Sarafina Koné

production : Compagnie Côté-Court, Institut Français de Bamako
création au Centre culturel Kadiatou Thiam, à Bamako, le 19 mars 2016 dans le cadre du premier festival "Arts-Femmes" du Mali
 
Beaucoup de monde dans la salle d'attente d'un hôpital quelque part au Mali. L'attente est longue, on se parle, on raconte, on joue : des histoires de femmes, banales, tragiques, cruelles, ou drôles quand elles imitent les hommes dont elles se moquent. Mais qu'elles soient dures ou fragiles, impitoyables ou sensibles, résignées ou rebelles, elles ont l'amour de la vie chevillé au corps.

Adapté pour la scène à partir du recueil de nouvelles de Birama Konaré paru aux Editions Jamana (Bamako), Les Marguerites ne poussent pas dans le désert montrent le destin des femmes du Mali.
 
Marguerites_création à Bamako le 19 mars 2016
 
La première histoire est celle de Sira, une femme que son mari a tellement battue qu’elle est devenue tétraplégique, mais qui refuse pourtant de porter plainte contre lui.
Marguerite, à qui un brillant avenir de juriste était promis, se retrouve d’abord à vendre des pagnes au nom d’une solidarité familiale abusive puis, endettée à la suite du décès de son père mal soigné à l'hôpital, erre dans le désert pour émigrer clandestinement vers la France.
Alimatou a épousé un homme d’une ethnie avec laquelle toute union est interdite par la sienne. Mal acceptée par la communauté de son mari, elle va accoucher, mais il n’y a pas de voiture pour la conduire au centre de santé. Quand elle arrive enfin à l'hôpital, voilà longtemps qu'elle est morte sur la piste. Sa petite fille Mercédès survit. Subira-t-elle à son tour le même sort que sa mère ?
La jeune Bintou a été vendue et doit devenir la énième épouse d’un vieil homme riche. Trahie par son amoureux, la seule façon pour elle de rompre la chaîne est de se jeter par la fenêtre de l’hôtel où elle attend son mariage forcé. Son amie Fatou ne se résoud pas à quitter l'hôpital où gît le corps de son amie...
 
Les marguerites ne poussent pas dans le désert création à Bamako mars 2016

Reprise à l'Institut français de Bamako, juillet 2016 :
 
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.