www.michelberetti.net
Œuvres    
Les vieux amoureux du Temps qui passe

Rien ne résiste à l’usure du Temps qui érode tout, les rouages des horloges comme les couples. Pour l’avoir oublié, Elle et Lui se retrouvent étonnés et démunis au seuil de la vieillesse. Une mystérieuse jeune femme, dont le corps a été retrouvé par morceaux dans différents trains qui sont tous passés par la gare voisine, va brusquement prendre beaucoup de place dans leur vie. Etait-ce la maîtresse de Lui qu’Elle a assassinée ? Ou était-ce Lui qui l’a tuée ? Ou bien les deux ensemble ? Entre eux, le soupçon grandit, sans que faiblisse pour autant leur appétit de viande saignante. A moins qu’ils ne jouent leur comédie tantôt grinçante, tantôt joyeuse et macabre, que pour mieux accepter le passage du Temps…

mise en scène : Claude Thébert
jeu : Monique Ditisheim et Jean-Philippe Hoffman
création éclairages : Georges Barthoulot
création sons : Julien Baillod
régie : Gaël Faivre
scénographie : Emmanuel DuPasquier
costumes : Janick Nardin
graphisme : Erika Stump

création le 27 août 2015 au Théâtre Tumulte, Neuchâtel
production : Théâtre Tumulte
 
vieux amoureux photo1
 
vieux amoureux photo2
 
À lire également
Madame Tirailleur (2019)
1914, quelque part dans un village d’Afrique de l’Ouest. Ouleye est fière d’avoir épousé un tirailleur sénégalais de l’armée coloniale des Français. Mais voilà la Grande Guerre. Bravant la réprobation des femmes, Ouleye revêt l’uniforme pour suivre son mari en France sur les champs de bataille : elle a peur qu’une Blanche lui vole son mari, et n’est-elle pas une bonne épouse dont le devoir est d’assurer à son mari la cuisine et le lit ? Ainsi Ouleye va-t-elle jeter sur la France, la guerre et le monde étrange des Blancs son regard faussement naïf et décalé…
 
Alima Togola enregistre Mme Tirailleur à Joliba FM
 
Djon yé patroni yé ? (2021)
Voilà donc Djami que ses tantes ont envoyée dans la grande ville où tout l'effraie, naïve, passive, acceptant son destin d'esclave domestique. Elle a le malheur de s'appeler Djami comme sa patronne qui exige qu'elle change son nom : elle est devenue une autre. Sa patronne, inactive, se décharge peu à peu sur elle du soin de la maison, comme cela se pratique couramment dans la réalité. Djami devient indispensable : la servante parfaite. Elle s'occupe de tout, devançant même les ordres de aa patronne qui ne peut plus se passer d'elle. Au point de remplacer sa maîtresse dans le lit de Monsieur ? La servante est devenue maîtresse. Si Djami est devenue la servante absolue, c'est peut-être pour venger sa mère morte qui a travaillé autrefois dans cette même maison et la honte de sa naissance. Elle quitte sa patronne en dépit de ses supplications. Dans la servitude, Djami a appris à devenir Djami.
 
Fin des représentations de la "Légende Baoulé" (2021)
Le retour de l'épidémie en Europe a obligé les deux compagnies Deux Fois Rien (Suisse) et des Pataclowns (Bénin-Côte d'Ivoire) à annuler les dernières représentations de "La Légende Baoulé" prévues fin 2020. On ne verra plus ce beau spectacle d'ombres. Mais Fidèle Baha, Hyacinthe Brika, Anne Compagnon, Christelle Nicod et leurs collaborateurs ont tout de même donné 105 représentations et fait rêver 10 000 enfants pendant deux ans, en Suisse et en France, puis au Bénin, au Togo et en Côte d'Ivoire.