www.michelberetti.net
Œuvres    
Les vieux amoureux du Temps qui passe

Rien ne résiste à l’usure du Temps qui érode tout, les rouages des horloges comme les couples. Pour l’avoir oublié, Elle et Lui se retrouvent étonnés et démunis au seuil de la vieillesse. Une mystérieuse jeune femme, dont le corps a été retrouvé par morceaux dans différents trains qui sont tous passés par la gare voisine, va brusquement prendre beaucoup de place dans leur vie. Etait-ce la maîtresse de Lui qu’Elle a assassinée ? Ou était-ce Lui qui l’a tuée ? Ou bien les deux ensemble ? Entre eux, le soupçon grandit, sans que faiblisse pour autant leur appétit de viande saignante. A moins qu’ils ne jouent leur comédie tantôt grinçante, tantôt joyeuse et macabre, que pour mieux accepter le passage du Temps…

mise en scène : Claude Thébert
jeu : Monique Ditisheim et Jean-Philippe Hoffman
création éclairages : Georges Barthoulot
création sons : Julien Baillod
régie : Gaël Faivre
scénographie : Emmanuel DuPasquier
costumes : Janick Nardin
graphisme : Erika Stump

création le 27 août 2015 au Théâtre Tumulte, Neuchâtel
production : Théâtre Tumulte
 
vieux amoureux photo1
 
vieux amoureux photo2
 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.