www.michelberetti.net
Œuvres    
Les vieux amoureux du Temps qui passe

Rien ne résiste à l’usure du Temps qui érode tout, les rouages des horloges comme les couples. Pour l’avoir oublié, Elle et Lui se retrouvent étonnés et démunis au seuil de la vieillesse. Une mystérieuse jeune femme, dont le corps a été retrouvé par morceaux dans différents trains qui sont tous passés par la gare voisine, va brusquement prendre beaucoup de place dans leur vie. Etait-ce la maîtresse de Lui qu’Elle a assassinée ? Ou était-ce Lui qui l’a tuée ? Ou bien les deux ensemble ? Entre eux, le soupçon grandit, sans que faiblisse pour autant leur appétit de viande saignante. A moins qu’ils ne jouent leur comédie tantôt grinçante, tantôt joyeuse et macabre, que pour mieux accepter le passage du Temps…

mise en scène : Claude Thébert
jeu : Monique Ditisheim et Jean-Philippe Hoffman
création éclairages : Georges Barthoulot
création sons : Julien Baillod
régie : Gaël Faivre
scénographie : Emmanuel DuPasquier
costumes : Janick Nardin
graphisme : Erika Stump

création le 27 août 2015 au Théâtre Tumulte, Neuchâtel
production : Théâtre Tumulte
 
vieux amoureux photo1
 
vieux amoureux photo2
 
À lire également
La Légende Baoulé à Charleville-Mézières (2018)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé sera reprise au Festival des Théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières à la fin septembre. 
 
Djon bé sini don ? aux Zébrures d'Automne à Limoges (2018)
Djon bé sini don ? (Qui connaît l'avenir ? en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, est repris aux Zébrures d'Automne version off, dans le cadre des Frncophonies en Limousin. La jeune comédienne malienne jouera le 5 octobre à 15 heures au Théâtre Expression 7 à Limoges.
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.