www.michelberetti.net
Œuvres    
Cabaret Voltaire 16

textes : Michel Beretti
avec : Liza Blanchard, Mehdi Djaadi, Sophie Engel, Cyril Fragnière, Héléna Sadowy
mise en scène  Simone Audemars
scénographie Roland Deville
lumières et régie générale : Dorian Nahoun

Dans son article « Guerre » du Dictionnaire philosophique, Voltaire tente d’introduire un peu de raison dans la déraison, en posant la question paradoxale d’un « Droit du meurtre ». « Maladie du corps politique » pour Diderot, la guerre doit laisser la place pour l’abbé de Saint-Pierre, Rousseau et Kant à la Paix perpétuelle…
1914. Tandis que les discours patriotiques inondent l’Europe, prélude à une déflagration mondiale, quelques intellectuels et artistes refusent la guerre : poètes ( Pierre-Jean Jouve), écrivains (Romain Rolland, Stefan Zweig), peintres (Frans Masereel) ou révolutionnaires (Lénine), ils joignent la musique à la parole. Tandis qu’à Genève, Walter Serner organise un bal dadaïste, un « Cabaret Voltaire » est fondé en 1916 à Zürich et devient le centre symbolique de la fronde.
Vingt ans après, le bruit des bottes résonne. Le pacifisme est-il encore de saison ? En musiciens, en artistes, en poètes, les comédiens et chanteurs du Cabaret Voltaire reviennent sur les enjeux d’un fléau qui dure encore et toujours…

Ce rappel ne figure ici que parce que la metteure en scène Simone Audemars, les comédiens, toute l'équipe se sont efforcés de tirer le maximum de cette écriture scénique hasardeuse. J'ai échoué. Dans ce matériau hétérogène, le grand écart était trop grand entre les Philosophes du 18e siècle que j'avais beaucoup pratiqués dans des spectacles précédents et les Dadaïstes qui entendaient faire table rase de tout, y compris des pacifistes. Le Cabaret Voltaire, pris dans l'apocalypse universelle mais abrité dans l'oeil du cyclone (la Suisse), fut fermé six mois plus tard pour tapage nocturne. Lénine y vint, paraît-il, un soir...

production Compagnie FOR

création le 21 février 2014 au Théâtre du Châtelard, Ferney-Voltaire

 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.