www.michelberetti.net
Œuvres    
La Suite lyrique
concert-spectacle

La Suite lyrique est un concert-spectacle réunissant un quatuor à cordes et un trio de comédiens: Alban Berg, sa femme Hélène Berg et sa maîtresse Hannah Fuchs-Robettin.
Le spectacle commence avec des valses de Strauss retranscrites par les principaux musiciens de l'Ecole de Vienne, Arnold Schoenberg et Anton Webern : on fête l'anniversaire d'Alban Berg devenu célèbre après les représentations de son opéra Wozzeck. Le concert s'interrompt : Helena Berg soupçonne que la Suite lyrique pour quatuor à cordes de son mari a un sens caché. S'ensuit un affrontement violent entre les trois personnages tour à tour devant les musiciens embarrassés.
Après l'interprétation de la Suite lyrique de Berg, on retrouve les deux femmes devant le buste du compositeur mort des suites d'une opération. La vérité éclate : ce quatuor à cordes dodécaphonique raconte une histoire d'adultère. C'est une partition cryptée qui relate son histoire d'amour impossible avec Hannah. Toutes deux décident de tenir secrète la passion cachée derrière les notes.

Première lecture à Chaumont-en-Champagne le 16 novembre 2014 dans le cadre de "L'Eté en Automne", avec Michèle Laurence (Hélène Berg), Danielle Lopez (Hannah Fuchs-Robettin) et Michel Beretti (Alban Berg).

Traduction allemande en cours.

 
À lire également
La Légende Baoulé revient en Suisse (2019)
Après une belle tournée africaine en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo, La Légende Baoulé revient à Genève les 28, 29, 31 octobre, et le 3 novembre à La Chaux-de-Fonds. 
 
Djon bé sini don ? bientôt en tournée en Afrique (2019)
Après une reprise début octobre 2019 aux Zébrures d'Automne - De l'écriture à la scène - Francophonies en Limousin, de Djon bé sini don ? ("Qui connaît l'avenir ?" en langue bambara), le monologue écrit par Michel Beretti pour Alima Togola, une tournée est en préparation dans les Instituts français d'Afrique pour mars et juin 2020.
 
Djon be sini don fin premiere partie
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
Von 1849 bis 1855 reiste Heinrich Barth nach Afrika. Zwischen September 1853 und Mai 1854 verbrachte er mehrere Monate in Timbuktu. Nur zwei Westler waren vor ihm in diese Stadt eingedrungen, die den Christen wegen Todesstrafe verboten war : René Caillié hatte Timbuktu zwanzig Jahre zuvor, 1829, besucht ; kurz vor ihm war Major Alexander Gordon Laing ihm vorausgegangen, aber er war nach seiner Abreise aus der Stadt ermordet worden, und seine Beobachtungen sind für immer verloren. Timbuktu ist immer von einer geheimnisvollen Aura umgeben.
In Timbuktu, er entdeckt Manuskripte, die für ihn eine wahre Offenbarung sind. Im Gegensatz zu seinen Zeitgenossen glaubt Barth, dass Afrika eine Geschichte hat.  Er behandelt diese Geschichte als Historiker seiner Zeit, die die Geschichte Europas behandeln. Im Westen ist dies ein bahnbrechender Gedanke ; Barth macht einen ersten Schritt in Richtung einer Weltgeschichte, die aus verschiedenen Geschichten mit mehreren Interaktionen besteht.