www.michelberetti.net
Œuvres    
Conversation sur le rivage du monde

Dans une grande ville des Etats-Unis d’Amérique, un homme et une femme se rencontrent et se séparent.
Pour s’abriter de l’averse, une jeune femme entre au hasard dans le premier café venu où officie un serveur en attente de clients.
Tous deux sont Noirs : rien d’étonnant aux Etats-Unis… La conversation s’engage, tissée de faux-semblants et de mensonges. Tous deux s’inventent des vies, jusqu’à ce que chacun se trouve contraint par l’autre d’avouer qu’il raconte, se raconte des histoires. Ils découvrent qu’ils sont tous deux Africains, tous deux clandestins, et se confient leurs aventures : leur invraisemblable périple, pourtant plus vrai que tous leurs contes, elle pour retrouver son mari qui n’a plus donné signe de vie depuis deux ans, lui pour entrer dans le rêve américain.
A l’issue de cette conversation sur le rivage du monde, incapables de réunir leurs deux solitudes, leurs blessures sont trop à vif, ils se quittent et se perdent dans la ville immense.

avec :
Mama Koné (Ayélé Keïta)
Koami Vignon (Abdoulaye Boubakar)

mise en scène : Amandine Sagnès
chorégraphie : Jean Kassim Dambélé
administration : Rose Kadi Keïta

coproduction : Compagnie Côté-Court, Bamako, et Institut Français du Mali
création à l'Institut Français de Bamako le 8 mai 2015
 


photographies Marion Bargès

 

Les naufragés du Nouveau Monde

"Une femme partie en Amérique à la recherche de son mari qu'elle va trouver "en ménage" avec une Blanche. un homme présent aux Etats-Unis, parti par la mer, seul survivant de son groupe et devenu garçon de café.
Voilà la trame de cette pièce de théâtre d'une heure, qui allie merveilleusement bien humour et drame, mais qui se focalise sur l'immigration, ses drames. (...) Cette pièce interpelle à plus d'un titre. Non seulement elle dévoile les dures conditions de départ, voue aux gémonies nos politiques (ou nos manques de politique) qui poussent sur les routes de l'exil les bras valides, elle dévoile également la vraie condition de ceux qui partent, et qui, finalement, sont les vrais naufragés."
Alexis Kalambry, "Les Echos", 11 mai 2015)
 

Créé en français et joué dans différents lieux de Bamako (Exodus, Centre culturel germano-malien...), Conversation sur le rivage du monde a été joué en tournée au Mali en langue bambara, grâce à une subvention de la Coopération Suisse, par Ambaga Guindo et Mama Koné sous le titre Toukan la taka kololo, à Kita, Kenieba, Dabia, Kayes, Bafoulabé, Diema, Nioro du Sahel, Yelimane, Kagaba...

 

 
À lire également
Entrent Mary Shelley et Casanova... (2018)
 
collage Philippe Macasdar
Philippe Macasdar, directeur du Théâtre Saint-Gervais (Genève) m'écrit (25 septembre 2017) : "Rencontres (dialogues ?) imaginaires. Une collection pour raconter une Genève faite d'écrivains y étant passés et pour certains installés, plus ou moins acceptés, plus ou moins inspirés, plus ou moins heureux; certains repartis ailleurs, pour y revenir ou plus jamais; d'autres enfin n'ayant pu y entrer, stopper net à la frontière... Genève est la patrie des écrivains. Paradoxale, rétive et poreuse, généreuse et ombrageuse. Genève qui se nourrit et qui nourrit. Terre d'accueil propice à la réflexion, à l'inspiration, à la création..."
 
Hunting the Blue Whale (2018)
 
Hunting the Blue Whale est un projet d'écriture numérique collective débouchant sur un spectacle théâtral pour plusieurs établissements scolaires. Il sera réalisé au cours de l'année scolaire 2018-9 à l'Ecole de Culture Général de Fribourg. Contact a été pris avec d'autres établissements scolaires en Suisse, en France et au Mali.
Alexandre Doucin - projet Govi
 
 
Auf dem Spuren Heinrich Barths (2018)
Maison de Heinrich Barth à Tombouctou
De 1849 à 1855, Heinrich Barth voyage en Afrique. Il séjourne plusieurs mois à Tombouctou entre septembre 1853 et mai 1854. Seuls deux Occidentaux étaient entrés avant lui dans cette ville interdite aux Chrétiens sous peine de mort : René Caillié avait visité Tombouctou vingt ans plus tôt, en 1829 ; juste avant lui, le major Alexander Gordon Laing l’avait précédé, mais il avait été assassiné après son départ de la ville, et ses observations sont à jamais perdues. Tombouctou est toujours entourée d’une aura de mystère. A Tombouctou et dans la région de la boucle du Niger, Barth découvre des manuscrits qui sont pour lui une véritable révélation : contrairement à ses contemporains, Barth pense que l’Afrique a une Histoire. Il traite cette Histoire comme les historiens de son époque traitent celle de l’Europe. En Occident, c’est une pensée pionnière ; Barth fait un premier pas vers une Histoire mondiale composée d’histoires différentes aux interactions multiples.