www.michelberetti.net
La Chute des corps
Les "anarchistes du Jura"
La Fédération jurassienne, le mouvement des « anarchistes du Jura » - eux préféraient s’appeler « collectivistes » -, n’eut qu’une brève existence à la fin du 19ème siècle. Pensants, remuants, indépendants, ces ouvriers horlogers refusaient de se donner des chefs et avaient décidé que leur mouvement ne s’organiserait pas en parti pour que le prolétariat ne devienne pas à son tour un oppresseur. L’État, la « comédie » de la politique parlementaire allaient céder la place à une fédération fraternelle des communes et des associations de métiers. Ils refusaient l’action violente à laquelle ils opposaient la propagande par l’exemple et l’instruction. Autant dire que, comme s’ils avaient voulu lutter contre la gravité, leur révolution tranquille était vouée à l’échec.
Pour écrire La Chute des corps, depuis 2003, sa quête a mené Michel Beretti sur les sentiers campagnards qu’emprunta Bakounine dans le Val de Saint-Imier, dans les cafés où ils se réunissaient, eux qui étaient abstinents, dans les greniers à la recherche de leur mystérieuse bibliothèque disparue. Et si leur rêve, leur tentative magnifique et désespérée représentait l’avenir ?
 
 
 
... et la Lune sera noire (2022)
Avec la comédienne malienne Alima Togola, nous préparons le spectacle "et la Lune sera noire" qui sera créé le 7 octobre 2022 au Complexe culturel BlonBa, Bamako, programmation hors-les-murs de l'Institut français du Mali.
Avant cette création, et après l'article paru dans la revue "Espace(s)" # 20 de l'Observatoire de l'Espace/ Centre national des Etudes spatiales (CNES) en février 2020, mon deuxième article paraît ce mois de juillet dans la revue "Ciel & Espace" : "Nous allons sur Mars avec une spacegirl, deux chats et un missionnaire"
 
Djon bé sini don ? (2021)
Djon bé sini don ? fer à repasser
La tournée de "Djon bé sini don?" commencée en 2020 dans les Instituts français d'Afrique a été interrompue par la pandémie de covid. Après Lomé, au Togo, en février dernier, les représentations vont reprendre (si le virus nous laisse un peu tranquilles!) dans les Instituts français de Dakar et Saint-Louis au Sénégal les 7 et 9 octobre, puis du 13 au 16 octobre au nouveau Centre Culturel de Rencontre International John Smith de Ouidah, au Bénin (direction Janvier Nougloi).
 
Ch'ha kan Honne Ménaka samatarey heynney (2021)
 
Après "Mininka?" (tamasheq = où allons-nous?), avec Abdoul Baky Touré, à la fois enquête sur un mystérieux manuscrit arabe, récit d'un voyage sans espoir vers l'enfance et d'une histoire d'amour tout aussi désespérée parce quà l'issue trop prévisible, commence la préparation d'une pièce plus légère : "Ch'ha kan Honne Ménaka samatarey heynney" ( = sublimes paroles et idioties du Hadj Ch'ha") qui sera jouée en songhoy par Touré et Aïssa Maïga.

photo : Potiron Giraumon turban turc