www.michelberetti.net
Au Paradis, les femmes ne pètent pas
Une femme, enlevée à son époux, a été mariée de force à un combattant d’une milice islamiste. La pièce pénètre dans l’intimité quotidienne de ce couple de hasard : elle, partagée entre la peur, la résignation et le désir de vengeance, lui entre sa brutale volonté de domination et sa frustration de ne pouvoir posséder une véritable épouse toujours fuyante.
La pièce est inspirée de faits réels qui se sont déroulés en Afrique. Des combattants de la secte Boko-Haram, qui avaient épousé de force des femmes enlevées à leurs familles, reçoivent l’ordre de les tuer avant de fuir : on leur a dit qu’ils retrouveraient leurs femmes « purifiées » au Paradis. La plupart obéissent ; certains refusent et s’enfuient avec leurs épouses.
 
 
 
Trop de diables sous leurs jupes aux Editions Plurielles (2016)
Trop de diables couverture

Trop de diables sous leurs jupes, écrit en collaboration avec Nathalie Hounvo Yékpé, après la création en novembre à l'Institut français de Cotonou dans une mise en scène de Bénédicte Wenders, paraît aux Editions Plurielles (Cotonou, Bénin).
 
Résidence "Texte en scène - Afrique" 2016 (2016)
En mai 2015, Ancrage Culture, dirigé par Janvier Nougloi, organisait une résidence d'écriture en partenariat avec l'Institut français de Cotonou, la Chartreuse - Centre national des écritures du spectacle (France) et l'Association des Centres culturels de rencontre européens. Nous nous sommes retrouvés à Parakou, quatre auteurs et moi, leur accompagnateur : Kokouvi Dzifa Galley (Togo), Mireille Assiba Gandebagni (Bénin), Sophie Heidi Kam (Burkina Faso), Didier Sédoha Nasségandé (Bénin). Un appel à candidatures a été lancé pour la résidence 2016 : trois nouveaux auteurs ont été sélectionnés…
 
Popyno Massamba rentre chez lui (2015)
Parce qu’il ne se souvient plus si, un soir qu’il jouait « La Parenthèse de sang » de Sony Labou Tansi, un petit oiseau s’est perché un instant sur son doigt tendu, un vieux comédien africain entreprend un long et périlleux voyage pour rentrer chez lui.